Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site
Site gratuit créé sur

La Compagnie des Archers Louhannais

    LES CHEVALIERS DE L'ARC                              

Quelques maisons en torchis bordant une rue centrale sale et boueuse, une situation  privilégiée en bordure d'une rivière navigable, au carrefour de quatre routes importantes, quelques marchands avisés : LOUHANS était née.              Jalousée et enviée de tous, Louhans eut à subir la protection des seigneurs féodaux qui se l'appropriait à tour de rôle. Avec " sauvage témérité et brutal courage, ils défendirent leur bien contre les ambitions des seigneurs voisins et contre les attaques de bandes de pillards fort bien organisées.

 

En 1269 :  Henri d'Antigny, seigneur du lieu, accordait à Louhans ses franchises, sorte de loi fondamentale qui régissait sa vie administrative et en faisait une ville presque libre. En plus des charges, taxes et impôts qu'elle reversait au seigneur, elle devait assurer l'ordre public à l'intérieur de ses murs et garantir sa sécurité extérieure contre les ennemis.

 

Vers 1380 : On découvre les traces d'une " Compagnie des archers " à Louhans, dont les officiers sont de " bons et nobles Capitaines ".

 

En 1410 : Par testament de Monsieur de la Michaudière, cette compagnie obtient un legs assez important. Abusés par une mode royale, les responsables crurent ; à tord, à la suprématie de l ' arbalète et cette arme moderne remplaça l'arc traditionnel. C'était une grave erreur ! Et les Anglais le savaient fort bien, eux qui, vers 1280 contre les Gallois eurent à subir les effets terrifiants qu'était l'arc.

La puissance de destruction de ce bon outil guerrier qu'est l'arc est infiniment supérieure. Il permet d'envoyer une volée de flèches toutes les dix secondes alors qu'il faut deux minutes pour lancer un deuxième trait d'arbalète. Et ces " Messieurs les Anglais " ont bien retenu la leçon, pour l'infliger aux 4500 soldats de Charles VI, en 1415, à la bataille d'Azincourt.

 

En 1427 : Des actes de fondation sont enregistrés à Dijon au nom de la " Compagnie des Chevaliers de l'Arbalète". Les membres les plus importants, qui ne l'étaient déjà, sont faits Chevaliers.

 

En 1450 : Les " Chevaliers de l'arc " érigent une chapelle dans l'église de Louhans, en honneur à Saint Sébastien, qui est le Saint patron des archers.

 

En 1598 : Nouvelle mode, nouvelles armes ! Le "  jeu de l'Arquebuse " s'installe au côté du " Jeu de l'Arbalète " et du " Jeu d'arc ". Une seule chose coexistait à travers les siècles, c'était la tradition. On retrouve, dans plusieurs écrits, la relation fidèle de certains " Noble Jeu ", comme au début et dont la forme et l'esprit se sont transmis de " Compagnies " en " Compagnies ", " d'Arc " en " Arquebuse ", jusqu'à nos jours.

La Compagnie de l'Arquebuse de Louhans dura jusqu'en 1770.

 

En 1774 : Elle fut reconstituée, rajeunie si l'on peut dire, puisqu'elle retourna aux sources pour s'appeler la " Compagnie de l'Arc de Louhans. Elle s'installa dans un enclos, avec un petit bâtiment , près du Moulin de Bourchatel.

______________________________________________________________________

 

  S'il est intéressant de retrouver les premières dates de naissance des Compagnies d'Archers, il est absolument impressionnant de constater avec quelle fidélité la tradition s’est transmise. Le Tir du Roy ou Tir à l'Oiseau ou encore Abat Oiseau se déroule exactement avec le même cérémonial qu'il y a des siècles. Ces " Jeux " se déroulent dans un " Jardin d'arc " qui a gardé les mêmes caractéristiques qu'autrefois. Autre réminiscence du passé, on y tire également le " Beursault " ou l'Archer ne libère qu'une seule flèche par volée sur une cible très particulière placée à 50 mètres de lui.

Mais plus important encore que ces détails finalement techniques qui nous sont parvenus, c'est l'Esprit que les Chevaliers de l'Arc nous ont légué. Les sceptiques souriront, les désabusés railleront, les méchants médiront, mais tous sauront que les sentiments de Chevalier, basés sur l'honneur, la générosité, la compréhension et l'amabilité sont toujours présents. 

           La chevalerie de l'arc d'aujourd'hui a reçu cette charge des chevaliers d'hier, et elle s'efforce d'en être digne .